ECOLE & HANDICAP

 
  ACCUEIL
---Loi 2005---Les handicaps---AVSI---Emploi Permanent---Commandements---Inclusion---
   
 

 

 

La loi de 2005, a pour priorité l'intégration scolaire en milieu ordinaire. Il appartient donc au sercice public de l'Education Nationale d'assurer une formation scolaire, professionnelle ou supérieure aux enfants ou adultes présentant un handicap ou un trouble de la santé invalidant.

Définition du handicap:

"Constitue un handicap toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle,durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou trouble de santé invalidant."
Pour en savoir plus, le site du ministère, ici

Rapport sur l'accompagnement des élèves en situation de handicap: N°2012/6162 

Les inspections générales de l'éducation nationale, de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche, et des affaires sociales dressent dans ce rapport, un état des lieux qui confirme la croissance rapide et continue de l'aide individuelle apportée aux élèves en situation de handicap ainsi que la forte hétérogénéité des prescriptions d'un département à l'autre. Quatre facteurs explicatifs sont identifiés : la progression de l'effectif d'élèves reconnus handicapés, l'augmentation de la demande d'accompagnement, les modalités de l'évaluation et de la prescription, et l'insuffisance du pilotage. Pour mieux ajuster les prises de décisions aux besoins des élèves, treize propositions sont regroupées autour de deux axes prioritaires : passer d'une démarche fondée sur l'expression et le traitement d'une demande à une démarche d'évaluation des besoins de la personne et de réponse adaptée à ces besoins ; installer  

lire la suite: ici

 

 


 

 

La loi du 11 février 2005, si elle a pour mérite de définir "le handicap", tellement de codes sont concernés par cette loi, (avec pas moins de 101 articles) que son application et sa compréhension en deviennent compliquées. Le législateur s'est enfin décidé à légiférer sur un sujet tabou. Il faut un certain temps à une société pour accepter la différence. Celui qui est autrement met mal à l'aise, nous renvoie une image dérangeante, où l'inconscient collectif domine.

Légiférer c'est bien, prendre les décrêts d'application pour se donner les moyens de la prise en charge de la différence c'est indispensable.
Personnel, sous statut de droit public, payé à l'heure et au SMIC, la rémunération des auxiliaires de vie scolaire ne permet pas un suivi scolaire dans de bonnes conditions. La précarité financière est un facteur d'angoisse pour le personnel, mettant en péril les pratiques.
Même si la lutte contre la précarité est inscrite dans la loi, dans les faits, la dignité au travail est bafouée par les contrats précaires. Ce n'est pas la bonne réponse pour le suivi du handicap, pour les familles, les enfants et le personnel. Ces contrats engendrent une perte des compétences acquises et un turn over indécent.

Rapport Komitès remis le 25 juin 2013:Le groupe de travail interministériel présidé par Pénélope Komitès a remis ce mardi 25 juin 2013 à Marie-Arlette Carlotti et George Pau-Langevin son rapport intitulé « Professionnaliser les accompagnants pour la réussite des enfants et adolescents en situation de handicap ».
Après un retard sur la date initialement prévue, ce rapport préconise pour une meilleure prise en charge des enfants, la sécurisation de notre intervention, en s'orientant vers un CDI dans le cadre d'un GIE. Lire le rapport, ici

- Conférence ministérielle du 22 août 2013: une partie des préconisations de Pénélope Komitès a été retenue: la CDisation des contrats, pour le reste après des mois de concertation, la précarité financière est toujours de mise, exit le temps plein. Le diplôme quant à lui, relève plus de l'assitante de vie que de l'aide à la scolarisation, de plus il est d'un niveau inférieur à celui qui est demandé aux AVS comme condition de recrutement: c'est donc une reculade magistrale!!
lire le dossier de presse, ici
- la réaction de l'UNAISSE, de cette réponse a minima a été immédiate: ici
- Circulaire du 27 août 2013: en cas de fin de contrat des 6 ans à compter de janvier 2013, l'AVS, se verra proposer pendant la période transitoire un CDD de 10 mois : ici

 
 
A l'école ©2014