L'Ecolier

J'écrirai le jeudi j'acrirai le dimanche
quand je n'irai pas à l'école
j'écrirai des nouvelles j'écrirai des romans
et même des paraboles
je parlerai de mon village je parlerai de mes parents
de mes aïeux de mes aïeules
je décrirai les prés je décrirai les champs
les broutilles et les bestiles
puis je voyagerai j'irai jusqu'en iran
au Tibet ou bien au Népal
et ce qui est beaucoup plus interessant
du côté de Sirius ou d'Algol
où tout me paraîtra tellement étonnant
que revenu dans mon école
je mettrai l'orthographe mélancoliquement


Raymond Queneau




l'Avenir

Les platanes de l'ecole
se recouvrent d'encrebleue
et de réglisse.
Dans la rue, les enfants glissent.

On voit sauter les cartables
le long des trottoirs.
Des alphabets et des fables
se répandent dans lesoir.
Des verbes de toute sorte
et des chiffres par miliers
s'échappent des fins cahiers
et courent de porte en porte.

En classe, les rois s'endorment,
même Vercingétorix
referme ses yeux d'onyx.
Jeanne d'Arc ne bouge plus,
Pasteur étouffe un baillement.

Un chien gémit, des télés
bavardent dans les maisons.
Les enfants balancent
leurs cartables lourds.
Les vieux rois s'endorment,
les enfants sautillent.

l'avenir commence
d'une porte à l'autre.

Pierre Gamarra